AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une vie, puis deux, puis trois ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



M e s s a g e s : 49
I n s c r i p t i o n : 05/03/2010


MessageSujet: Une vie, puis deux, puis trois ...   Mar 13 Avr - 12:14

    Couchée sur le sol, son pelage neigeux maculé d’un affreux liquide rougeâtre communément nommé sang, elle esquissa un sourire amer. C’était si pathétique ... Il n’y aurait personne pour la sauver. Personne pour panser ses plaies. Il n’y aurait que la brève complainte d’un clan, puis elle serait oubliée. Comme tout défunt. Peut-être un peu plus vite, même. Elle n’avait pas été une bonne meneuse. Renfermée, hautaine, glaciale ... Elle n’avait pas été une bonne meneuse du tout.
    Ce fut sur cette pensée qu’elle ferma enfin les yeux, expirant une dernière fois dans un râle douloureux.

    Elle était partie à l’aube. Le clan dormait. Le veilleur l’avait salué d’une voix ensommeillée, elle lui avait donné ses derniers ordres. Partir réveiller un autre matou pour aller lui se coucher. Surpris de l’inhabituelle compassion de la meneuse, il était resté là, les bras ballants. Et elle lui avait souris, à la fois amusée et brisée de voir ses yeux s’écarquiller. Elle était donc si inaccessible au reste de son clan ? Une bile amère dans la gorge, elle s’était engouffrée dans l’étroit tunnel d’ajonc. Juste à la sortie, elle avait eut un moment d’hésitation. Par où partir ? Son regard avait survolé l’horizon, incertain. Puis les mots de Perle de Lobélia était revenus dans son esprit. « Il est parti vers le Clan de la Rivière. » Alors il fallait qu’elle aille vers les plaines rocheuses pour le retrouver. Et le tuer. Cette certitude s’était ancrée dans son cœur, lui tirant un sourire ironique. Tuer un blaireau. Elle. C’était tout bonnement ridicule. Et pourtant. Le ridicule ne tue pas, et en plus, il fait rire, songea-t-elle avant de partir vers les plaines. Elle avait longuement couru, avant d’atteindre l’endroit. Elle avait eut un moment de déception en ne le voyant pas. Déception qui s’était bien vite métamorphosée en terreur lorsqu’elle avait entendu un sourd grognement derrière elle. Lentement, elle s’était retournée, plantant ses grands yeux bleus dans ceux, petites sphères jaunes, du blaireau. Un instant, ils s’étaient toisés, immobiles, puis le bicolore animal avait chargé, glapissant avec fureur. Elle n’avait dû son salut qu’à sa rapidité à se mettre à l’abri. Avec un feulement, elle s’était hérissée, se jetant à son tour dans le combat. Toutes griffes dehors, elle avait bondit sur le blaireau, le marquant d’une balafre sur le nez. Il avait laissé échapper un cri, puis avait découvert ses crocs, attrapant la patte blanche de la meneuse pour la mordre férocement. La douleur avait fusé dans toute sa jambe, criante, hurlante, brûlante. Dévorante. Elle s’était effondrée, comprenant qu’elle ne pouvait plus compter sur sa patte. Sautillant sur ses trois membres valides, elle l’avait regardé, les yeux étrécis, avant de se jeter à nouveau sur lui, folle de rage. Ses crocs avaient trouvé la gorge du prédateur bicolore, plongeant dans la chair. Bien plus gros qu’elle, il n’avait pas eut trop de mal à se dégager. Elle était tombée au sol, gémissant quand son dos avait heurté une pierre. L’animal s’était penché sur elle, crocs grands ouverts. Elle avait juste eut le temps de se pousser sur le côté avant qu’il ne frappe. La mâchoire du blaireau avait happé une de ses oreilles, lui tirant un nouveau cri. Elle s’était vivement dégagée, sentant la douleur affluer dans son crâne. Reculant rapidement, elle l’avait toisé de haut en bas. Elle n’avait aucune chance. Et pourtant. Une seconde fois, elle s’était ruée sur lui. Il avait levé la tête, pensant qu’elle allait l’attaquer par le haut, mais au dernier moment, elle s’était laissé tomber au sol. Ses crocs avaient pénétré à nouveau dans la gorge de l’animal. Plus profondément, cette fois. Il avait eut beau rugir, se débattre, piétiner son corps, elle n’avait pas lâché prise, au contraire. La pression de ses crocs s’était accentuée sur la gorge de son adversaire. Il l’avait mordue, griffée, écrasée. Elle n’avait pas lâché prise. Quand enfin il s’était effondré au sol, elle avait en vain tenté de s’éloigner. Mais non, impossible. Sa colonne vertébrale était brisée, son ventre déchiré par les crocs de l’animal, son oreille en miette. Sa patte avant droite baignait dans le sang. Elle allait mourir.
    Enfin.

    Tout à coup, elle s’était sentie partir. Elle avait quitté les plaines rocheuses, survolant la forêt de haut. Elle avait senti ses pattes retomber sur le sol des quatre chênes, elle avait souri à Etoile Dansante qui lui faisait face. Il lui avait expliqué d’une voix attristée qu’elle venait de perdre sa première vie. Puis sa seconde. Puis sa troisième. Elle l’avait coupé, comprenant avec le sourire. Elle mourait. C’était normal. Mais elle avait emporté un blaireau avec elle. C’était glorieux, comme mort, non ?

    Et désormais, elle fermait les yeux, expirant une dernière fois.

    Glorieux, cette mort, mais bien douloureuse.


    [ C'est fou, je pensais pas que ça me rendrais aussi triste d'écrire la macabre déchéance de Larme. Bonne chasse avec les Etoiles, ma belle. ]

_________________
MÉLODIE D'HIVER ;;
« Hey, wait ! I've got a new complain ... »


La musique est longue à démarrer, c'est normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE ;; a part entière !
avatar



M e s s a g e s : 57
I n s c r i p t i o n : 31/03/2010


MessageSujet: Re: Une vie, puis deux, puis trois ...   Mar 13 Avr - 12:56

[Je peux?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



M e s s a g e s : 49
I n s c r i p t i o n : 05/03/2010


MessageSujet: Re: Une vie, puis deux, puis trois ...   Mar 13 Avr - 13:27

    [ Si tu veux, tu peux. : ) ]

_________________
MÉLODIE D'HIVER ;;
« Hey, wait ! I've got a new complain ... »


La musique est longue à démarrer, c'est normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMINE ;; cherry
avatar



M e s s a g e s : 369
I n s c r i p t i o n : 13/03/2010


MessageSujet: Re: Une vie, puis deux, puis trois ...   Mar 13 Avr - 14:14

    C’était étrange. Je dormais, plus profondément que jamais, je glissais au pays des songes. Etrangement, j’étais encore une jeune chatte, petite, frêle. Jeune. A côté de moi se tenait une autre petite féline, que je reconnus tout de suite à son pelage tigré. Ondée d’Iris, ma demi-sœur du clan du Tonnerre. Près de nous se tenait un grand guerrier brun tigré aux poils longs. Bois de Cerf, notre père. Alors, deux femelles avancèrent dans un rayon de lumière, gracieuses, divines, magnifiques. Chacune vint nous lever maternellement le pelage, avant de s’éloigner avec Cerf, en nous souriant, vers le ciel blanc. Et nous, nous étions ici, seules, affamées, apeurées… Pauvres petites choses laissées à elles-mêmes.

    Quand j’ouvris les yeux, je me sentis mal, très mal. Il y avait comme une grosse boule dans mon ventre qui me rendait plus anxieuse que je n’avais de raisons de l’être. Je me levais, le jour venait à peine de se lever et le clan du Vent s’éveillait lui aussi. Je voulus aller voir Etoile de Larme, j’avais une idée concernant le blaireau qui m’avait attaqué. Mes blessures allaient mieux, et j’avais vite retrouvé une grande forme. Mais je fus étonnée de voir sa tanière vide, entièrement vide. D’habitude, elle se levait plus tard que cela. J’allais voir Senteur des Bois qui avait veillé cette nuit, pour lui demander s’il ne l’avait pas vu. La réponse fut que oui, elle avait quitté tôt le camp… avec un air léger et déterminé. Mais elle ne lui avait pas dit qu’elle partait chasser. Étrange. Elle n’allait tout de même pas… Si ? Oh non quand même pas ! Toute seule ! Est-elle devenue complètement folle ? Cette idée n’était pas forcement vraie, mais très plausible avec Etoile de Larme. Paniquée, je m’élançais au galop, ne prenant pas d’expliquer mes raisons. Je devais ma retrouver, meneuse ou pas, elle courait un grand danger si elle était allée trouver le blaireau, ce que je pensais.

    Je marchais doucement, essayer de pister sa trace. Mais ce ne fut pas son odeur que je sentis en premier. Mais l’odeur du sang. Une odeur de sang féline et une… la même que j’avais senti avec Ombre de Lune, quand j’avais été attaquée… de blaireau. Je m’élançais à toute allure, en allant vers l’odeur. J’arrivais sur les plaines rocheuses et là, étendue sur le sol, baignant dans une marre de sang, je la vis. Etoile de Larme. Le ventre ouvert, le figure déchirée, complètement mutilée. Je n’aurais pas vomir, mais je retiens mes envies. Etoile de Larme était allée chasser le blaireau… et elle en était morte. Le pire, était qu’elle n’avait pas encore perdu de vie ! Elle avait du toute les perdes, renaissant, mais mourant tout de suite. Comme ce qu’on raconte pour Etoile du Tigre… Un frisson de parcourut le dos. Plus loin, une grosse masse noire et blanche ne bougeait pas. Je m’approchais doucement, c’était le blaireau ! Etoile de Larme, elle l’avait tué ! Mais y avait laissé ses 9 vies… Oh non. Je m’approchais précieusement d’elle et lui effleurait ce qui lui restait du visage, malgré son aspect terriblement repoussant.

    « Repose en Paix, Etoile de Larme… »

    Maintenant, elle devait chasser avec le clan des Etoiles. Elle serait heureuse, libre, épanouie. Une meilleure vie que celle-ci. Je levais la tête et poussais un feulement d’espoir, incitant tout le clan à venir… Notre meneuse venait de mourir, je ne me rendais pas compte. Elle n’était plus de ce monde…

_________________
x X x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEMBRE ;; a part entière !
avatar



M e s s a g e s : 57
I n s c r i p t i o n : 31/03/2010


MessageSujet: Re: Une vie, puis deux, puis trois ...   Mar 13 Avr - 18:13

Le vent balaya le pelage de la jeune femelle bicolore.L'aube était levée depuis un bout de temps maintenant, et les membres du Clan commençaient à se réveiller.Nuage Sauvage les observa d'un regard froid.Elle se demandait encore ce qu'elle faisait ici.Dans son esprit résonnait encore son unique souvenir: celui de sa chute, qui lui fit perdre la mémoire.
N'ayant aucune envie de taper la discute avec les membres du Clan, elle préféra sortir du camp, sans être remarquée par les chats sans doute trop occupés à organiser la journée pour se soucier d'une simple apprentie.Apprentie qui d'ailleurs n'avait pas de mentor.

Nuage Sauvage, une fois sortie du camp, se mit à courir.Elle n'avait aucune idée d'où aller, et pourquoi elle courait, mais cela ne l'arrêta pas.Malgré les hautes herbes et la facilité de déplacement qu'offraient les terres du Vent, elle se sentait mal à l'aise à découvert.Au dessus d'elle, un nuage voila le soleil, pour continuer ensuite son chemin vers l'horizon.Concentrée sur le ciel, la jeune apprentie trébucha et roula au sol, s'écrasant contre un rocher quelques longueurs de que de renard plus loin.Jurant à mi-voix, elle se releva et lécha rapidement ses poils ébouriffés.
Soudain, elle sentit une odeur de sang flotter vers elle, et un feulement s'élever, emporté par le vent.Lentement, oreilles aux aguets et mâchoires entrouvertes pour mieux localiser l'odeur, elle se dirigea vers sa source.

Au bout d'un instant, elle distingua au milieu des roches et des hautes herbes, deux chats, portant tous deux l'odeur du Vent.L'un d'eux gisait au sol, couvert de sang.D'après les paroles de la femelle penchée au dessus du corps sans vie, c'était Etoile de Larme, la meneuse.Doucement, Nuage Sauvage s'approcha, son regard toujours aussi froid et indéchiffrable que d'accoutumée.Elle renifla prudemment le pelage de la meneuse.Elle ne respirait plus.En effet, elle avait du perdre sa dernière vie.En observant autour d'elle, l'apprentie vit un blaireau mort gisant à côté.Elle avait du le tuer, et y perdre la vie.
Lentement, elle recula de quelques pas et observa, la fourrure balayée par la brise, la défunte meneuse qu'elle n'avait jamais connue.Elle ne prononça pas un mot; peut-être son silence serait il malvenu, mais Nuage Sauvage n'était pas chez elle ici.Pourquoi pleurerait-elle un chef d'un Clan qu'elle ne considérait pas comme le sien?

Tout ce qu'elle pouvait se dire, c'est que cette meneuse devait être puissante et noble pour avoir réussi à tuer un blaireau à elle seule.Ce serait surement une lourde perte pour le Clan du Vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une vie, puis deux, puis trois ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une vie, puis deux, puis trois ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PREMIERS PAS :: Archives.-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com